Accueil > Société > Santé > Le bien-être mental et social des jeunes : une cause régionale en 2018 (...)

Le bien-être mental et social des jeunes : une cause régionale en 2018 !

mardi 30 mai 2017
Par Karine Guichard

Avis de la cgt sur la contribution du Ceser sur "le bien être mental et social des jeunes : un cause régionale"

Nous avons collectivement une grande responsabilité face à notre jeunesse, responsabilité de lui permettre de grandir en confiance et sérénité responsabilité de lui restituer un monde où elle pourra vivre, travailler, se construire un avenir, fonder une famille et pour cela, la santé est le premier bien que nous devons lui assurer.

Les multiples et très intéressantes rencontres que nous avons eu avec la commission, lors des auditions ont considérablement enrichi le travail de tous ses membres et ont permis que, collectivement, et grâce à l’animation de son Président et des membres du Bureau de vous proposer ce document.

Nous avons été effrayés du délitement de certains services publics essentiels dans cette prise en charge, à commencer par la médecine scolaire, de la primaire au lycée, l’aide à la santé pour les étudiants, la médecine du travail

Nous avons été impressionnés en écoutant les représentants des missions locales qui, à partir de leur mission de prise en charge globale des jeunes en difficulté dans l’accès à l’emploi, nous ont permis de prendre conscience des nombreuses difficultés auxquelles ils devaient faire face.

Nous avons apprécié l’engagement des Services, Associations, Organisations, leur apport à notre travail à travers leurs expériences qui ont pu nous faire prendre conscience des potentialités formidables qui existaient dans la jeunesse elle-même, mais aussi les redoutables obstacles auxquels elle est confrontée. Nous avons pu échanger sur les déserts médicaux, de tout type, les enjeux posés à l’éducation nationale, aux services de l’emploi, aux Services de l’Etat, Santé, Jeunesse et Sports, Cohésion Sociale, Emploi, aux Rôles des institutions solidaires Comme l’Assurance Maladie, Allocations Familiales... autant d’acteurs, aux côtés des jeunes, des Familles, des Associations, des Collectivités Locales,...

La Cgt est particulièrement attentive à la question de la santé des jeunes, à partir des 3 points d’entrée :
• Par la situation des jeunes salariés que l’on croise ou qui travaillent à l’entreprise, (apprentissage et divers contrats d’insertion), par l’activité également des IRP et autres lieux d’informations/consultation, notamment dans les territoires ou branches professionnelles
• La situation des jeunes vu par le prisme de leurs parents, salariés des entreprises,
• Par le travail de celles et ceux dont la mission militante ou professionnelle, ou les deux, est de répondre aux difficultés de la jeunesse,

Nous pouvons constater par nous même que ce secteur est en graves difficultés : baisse de financement, des effectifs, fermeture de services. Les professionnels sont en première ligne face à ces enjeux. Actuellement, dans ces secteurs, ceux de la santé, de l’action sociale, nous voyons les nombreuses actions, je cite par exemple la lutte actuelle, à partir des travailleurs du Vinatier à Lyon contre la fermeture de centres médicos Psychologiques dans le Nord de la Métropole, avec le soutien des parents, des associations, des travailleurs d’autres services à la jeunesse, des élus.

Le chantier ouvert par ce travail de la commission et du document proposé a démontré les capacités du CESER à faire des propositions, nous espérons que les élus régionaux sauront les entendre.

Ainsi dans nos propositions, la création de Centres de Santé dans les territoires en difficulté est une proposition forte qui concilie travail en coordination au cœur des problèmes posés aux populations, un exercice coordonné des acteurs de santé, salariés de ces Centres, la transversalité de ces actions, notamment en matière de médecine de proximité à destination de la jeunesse., actions de prévention, d’éducation etc

Nous pensons également que de préconiser l’accès aux activités sportives pour tous est aussi outil en faveur d’une bonne santé dès le plus jeune age.

Nous attirons toutefois l’attention sur les dispositifs mis en place lors des précédentes mandatures, qui sont en voie de disparition alors que leur pertinence n’est plus à prouver : la carte jeune pass, avec un contenu qui facilite l’accès de nouveaux services comme l’accès à la contraception, à des consultations médicales, au sport, à la culture, ...en prenant pour exemple et même en réhabilitant le contenu de ce que fut le pass jeune post bac d Auvergne

Nous approuvons les préconisations de l’avis sur les nécessaires décloisonnements, des stratégies de Coordination. Il faudrait pouvoir innover et avancer sur un outil de coordination territoriale de ces actions et des ces acteurs, même si, stricto sensu, cela ne relève pas des compétences régionales.

La démocratie sociale et sanitaire reste à organiser à partir des territoires. Le sradett sur lequel nous reviendrons et travaillerons dans notre Assemblée portera aussi sur ce sujet

Nous voterons donc l’avis